(English translation below.)

« Malheureusement, cette année, les participants de Produire au Sud sont au nombre de 10 et pas 12. Nous avons appris il y a deux semaines l’impossibilité pour le tandem afghan d’obtenir un visa. C’était malheureusement un peu trop attendu… Malgré toutes nos tentatives diplomatiques, ce refus est une réalité », déclare Guillaume Mainguet, responsable de Produire au Sud, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture du 39e F3C.
Le binôme afghan, constitué du réalisateur Sadam Wahidi et du producteur Abdul Tamim Zarabi (Rumi Films Prod), venait défendre le projet Second trip, un drame en langue Dari, au côté de « collègues » sud-africains, boliviens, chinois, birmans et azerbaïdjanais.
« Cela dit, on maintient avec eux un lien sur Skype, car cela nous tient à cœur  », ajoute Guillaume Mainguet qui a conclu avec émotion son intervention en lisant un message de Sadam Wahidi envoyé mardi : « Pour moi, ce n’est pas une réelle surprise. Nous ne sommes pas les premiers à nous faire refuser un visa. Ni les pays européens ni les Etats-Unis ne nous en ont accordé un seul durant les douze derniers mois. Nous comprenons. Mais nous aimerions que les ambassades et politiques comprennent à leur tour combien il est difficile pour nous de faire notre travail, en dehors des armes et des attentats. Nous allons cependant continuer de raconter des histoires. En tout cas, c’est fort de se sentir soutenus par le festival malgré tout cela. »

Julia Gley

Produire au Sud: Afghan Director, Producer Absent due to Visa Issues

“Unfortunately, this year, the number of participants in the Produire au Sud workshop will be 10 and not 12. Two weeks ago, we learned that it would be impossible for the pair of Afghan participants to obtain visas. It was, unfortunately, a bit too expected… Despite all of our diplomatic efforts, this refusal is a reality,” declared Guillaume Mainguet, head of Produire au Sud, during the opening ceremony of the 39th edition of the Festival des 3 Continents. The duo, comprised of director Sadam Wahidi and producer Abdul Tamim Zarabi (Rumi Films Prod), planned to attend the workshop in support of their project Second Trip, a drama in the Dari language, alongside colleagues from South Africa, Bolivia, China, Mynamar, and Azerbaijan. “With that said, we are staying in touch with them via Skype because the situation is close to our hearts,” added Mainguet, who finished on an emotional note by reading a message sent by Sadam Wahidi on Tuesday: “For me, it’s not a real surprise. We are not the first to be refused a visa. Neither the European countries, nor the United States have given us one over the last 12 months. We understand, but we would like the embassies and politicians to understand in turn how difficult it is for us to do our work, apart from the weapons and terrorist attacks. We will, nevertheless, continue to tell stories. In any case, it’s great to feel supported by the Festival despite all of this.”